Profil de nageuse : Nancy Nelson

Malgré une pause de 40 ans de compétition, Nancy Nelson n’a jamais été bien loin de la piscine.

Pendant son adolescence, dans les années 60, Nancy était une nageuse compétitive de niveau national. Après sa retraite de la compétition, elle a géré une équipe de natation d’été pour les enfants, elle a entraîné l’équipe des maîtres du YMCA de Westmount et elle a été officielle lors des compétitions locales de maîtres nageurs. Même si elle ne se trouvait pas elle-même dans la piscine, elle ne chômait pas pour autant : gymnastique, plongeon, course, vélo, ski, balle molle… elle a tout essayé, mais la natation a toujours été son sport préféré et celui dans lequel elle performait le mieux. Sa famille l’a toujours poussée à faire du sport, et c’est une valeur qu’elle a transmise à ses 4 enfants. Elle les a toujours encouragés à faire au moins un sport par saison, et lorsqu’un membre de la famille avait une compétition quelque part, tous les autres s’assuraient d’aller y assister, ne serait-ce que pour un court moment.

En 2014, lorsque les Mondiaux des maîtres ont eu lieu à Montréal, Nancy y était comme officielle. Elle a décidé de s’inscrire au 50 m libre comme nageuse, et la piqûre est revenue aussitôt. Elle s’est alors dit « Pourquoi pas? », et un an plus tard, elle a rejoint l’équipe locale de maîtres nageurs. Ses meilleures épreuves sont le 50, le 100 et le 200 m libre, et elle se débrouille bien au QNI malgré un battement de jambe « catastrophique » à la brasse (selon ses propres dires).

L’été dernier, Nancy a représenté le Canada lors des championnats du monde à Budapest. Elle a apporté avec elle des épingles du drapeau canadien et les a distribué à tous ceux qui croisaient son chemin : les chronométreurs, les officiels, les autres nageurs, les bénévoles, et même les serveurs des restaurants où elle allait manger. Sa fille aînée l’a accompagnée, et elles ont toutes les deux eu beaucoup de plaisir en Hongrie.

Lorsqu’elle n’est pas à la piscine, Nancy travaille comme conseillère pédagogique à McGill, où elle se sent privilégiée de travailler avec de jeunes étudiants brillants de partout autour du monde. Elle fait aussi beaucoup de vélo et assiste aux évènements sportifs de ses enfants et petits-enfants.

Nancy n’a pas l’intention d’arrêter la natation de sitôt. Elle aime l’esprit de camaraderie qui règne dans son équipe, faire la course et gagner, mais surtout, comme l’a si bien résumé une nageuse britannique qu’elle a rencontrée l’an dernier à Budapest : « Ce que je préfère est de pouvoir dire “Je suis une athlète de niveau international, y’a rien là…” »

Évolution d'une nageuse : 1965 et 2017 (Budapest et Nationaux)

Comments are closed.